french.eacef.js.cn
 

La Chine réfute les sanctions des Etats-Unis, du Canada, du Royaume-Uni et de l'UE liées au Xinjiang

 
French.eacef.js.cn | Publié le 2021-03-24 à 11:17

BEIJING, 24 mars (Xinhua) -- La Chine a fermement condamné mardi les sanctions imposées par les Etats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni et l'Union européenne (UE) à l'encontre des individus et des entités de la Chine concernant des dossiers liés au Xinjiang, avertissant qu'"ils devront payer le prix de leur ignorance et de leur arrogance".

La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a indiqué que les sanctions ne se fondaient sur rien d'autre que des mensonges et des fausses informations sous le prétexte des soi-disant questions des droits de l'homme.

Le ministère des Affaires étrangères a respectivement convoqué les ambassadeurs de l'UE et du Royaume-Uni en Chine pour déposer des représentations solennelles. La Chine a également déposé des représentations solennelles auprès des Etats-Unis et du Canada, a noté Mme Hua.

La Chine a annoncé lundi des sanctions contre dix individus et quatre entités de la partie de l'UE.

Lors d'une conférence de presse tenue mardi, Mme Hua a indiqué que les gens de tous les groupes ethniques au Xinjiang, dont les Ouïghours, jouissent de tous les droits constitutionnels et légitimes, ainsi que de la stabilité, de la sécurité, du développement et des progrès, ce qui constitue "l'une des histoires des droits de l'homme les plus réussies".

Cependant, certains hommes politiques aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Canada et de l'UE refusent évidemment de faire face à ce fait. Ils ne s'intéressent qu'aux soi-disant "preuves", qui sont malicieusement fabriquées par des hommes politiques et des experts anti-Chine sur la base de fausses informations, voire de distorsion et d'interprétation erronée des données officielles publiées par la Chine, a indiqué Mme Hua.

Une telle pratique prouve seulement qu'ils ne s'intéressent ni aux droits de l'homme ni à la vérité, a-t-elle affirmé.

"Ces hommes politiques refusent de reconnaître la réussite et le développement de la Chine, donc ils s'ingèrent dans les affaires intérieures de la Chine sous le prétexte des droits de l'homme et utilisent diverses excuses pour contenir le développement de la Chine", a indiqué Mme Hua.

Leurs actions diffamatoires portent atteinte à la réputation et à la dignité du peuple chinois, s'ingèrent de manière flagrante dans les affaires intérieures de la Chine, et violent gravement la souveraineté et les intérêts de sécurité de la Chine, a-t-elle ajouté.

Ces "juges" autoproclamés des droits de l'homme sont vifs de sermonner les autres, mais leur bilan en matière des droits de l'homme est ignoble. Ils ne sont pas en mesure de critiquer la Chine, et encore moins de blâmer la Chine pour ce qu'ils ont commis, a noté Mme Hua.

"Ces pays ne font preuve d'aucune repentance pour les troubles qu'ils ont créés dans d'autres pays, et vont même plus loin en imposant des sanctions unilatérales aux autres sous le prétexte des droits de l'homme, portant gravement atteinte aux droits à la vie, à la santé et au développement des gens dans les pays concernés", a-t-elle déclaré.

Face à la pandémie de COVID-19, les pays mentionnés ci-dessus, qui sont les pays les plus développés, ont fermé les yeux sur les droits à la vie et à la santé de leurs propres populations, entraînant la perte de dizaines de centaines de vies. Dans la poursuite du "nationalisme de vaccin", ils ont amassé des vaccins dont le montant est bien plus élevé que les besoins de leur population, laissant les pays en voie de développement dans le malheur des vaccins insuffisants.

"Nous ne pouvons nous empêcher de poser des questions : comment les gens peuvent-ils avoir des droits s'ils perdent la vie ? Les Etats-Unis et l'Occident ont prétendu protéger les droits de l'homme, mais qui et quel droit protègent-ils ? De quelle manière respectent-ils et protègent-ils les droits de l'homme ? Ne doivent-ils pas se sentir honteux ?"

"Aujourd'hui n'est plus l'époque où les puissances étrangères peuvent forcer la Chine à ouvrir ses portes à coups de canons ; non plus le temps où des soi-disant experts et presses en collusion peuvent diffamer sans le moindre scrupule la Chine sans se faire sanctionner", a déclaré Mme Hua.

"Nous les exhortons à ne pas sous-estimer la ferme détermination du peuple chinois à défendre les intérêts nationaux et la dignité nationale. C'est une courtoisie de rendre la pareille à ce que l'on reçoit", a-t-elle noté. "Ils devront payer le prix de leur ignorance et de leur arrogance".

 
Vous avez une question, une remarque, des suggestions ? Contactez notre équipe de rédaction par e-mail à xinhuanet_french@news.cn

La Chine réfute les sanctions des Etats-Unis, du Canada, du Royaume-Uni et de l'UE liées au Xinjiang

French.eacef.js.cn | Publié le 2021-03-24 à 11:17

BEIJING, 24 mars (Xinhua) -- La Chine a fermement condamné mardi les sanctions imposées par les Etats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni et l'Union européenne (UE) à l'encontre des individus et des entités de la Chine concernant des dossiers liés au Xinjiang, avertissant qu'"ils devront payer le prix de leur ignorance et de leur arrogance".

La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a indiqué que les sanctions ne se fondaient sur rien d'autre que des mensonges et des fausses informations sous le prétexte des soi-disant questions des droits de l'homme.

Le ministère des Affaires étrangères a respectivement convoqué les ambassadeurs de l'UE et du Royaume-Uni en Chine pour déposer des représentations solennelles. La Chine a également déposé des représentations solennelles auprès des Etats-Unis et du Canada, a noté Mme Hua.

La Chine a annoncé lundi des sanctions contre dix individus et quatre entités de la partie de l'UE.

Lors d'une conférence de presse tenue mardi, Mme Hua a indiqué que les gens de tous les groupes ethniques au Xinjiang, dont les Ouïghours, jouissent de tous les droits constitutionnels et légitimes, ainsi que de la stabilité, de la sécurité, du développement et des progrès, ce qui constitue "l'une des histoires des droits de l'homme les plus réussies".

Cependant, certains hommes politiques aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Canada et de l'UE refusent évidemment de faire face à ce fait. Ils ne s'intéressent qu'aux soi-disant "preuves", qui sont malicieusement fabriquées par des hommes politiques et des experts anti-Chine sur la base de fausses informations, voire de distorsion et d'interprétation erronée des données officielles publiées par la Chine, a indiqué Mme Hua.

Une telle pratique prouve seulement qu'ils ne s'intéressent ni aux droits de l'homme ni à la vérité, a-t-elle affirmé.

"Ces hommes politiques refusent de reconnaître la réussite et le développement de la Chine, donc ils s'ingèrent dans les affaires intérieures de la Chine sous le prétexte des droits de l'homme et utilisent diverses excuses pour contenir le développement de la Chine", a indiqué Mme Hua.

Leurs actions diffamatoires portent atteinte à la réputation et à la dignité du peuple chinois, s'ingèrent de manière flagrante dans les affaires intérieures de la Chine, et violent gravement la souveraineté et les intérêts de sécurité de la Chine, a-t-elle ajouté.

Ces "juges" autoproclamés des droits de l'homme sont vifs de sermonner les autres, mais leur bilan en matière des droits de l'homme est ignoble. Ils ne sont pas en mesure de critiquer la Chine, et encore moins de blâmer la Chine pour ce qu'ils ont commis, a noté Mme Hua.

"Ces pays ne font preuve d'aucune repentance pour les troubles qu'ils ont créés dans d'autres pays, et vont même plus loin en imposant des sanctions unilatérales aux autres sous le prétexte des droits de l'homme, portant gravement atteinte aux droits à la vie, à la santé et au développement des gens dans les pays concernés", a-t-elle déclaré.

Face à la pandémie de COVID-19, les pays mentionnés ci-dessus, qui sont les pays les plus développés, ont fermé les yeux sur les droits à la vie et à la santé de leurs propres populations, entraînant la perte de dizaines de centaines de vies. Dans la poursuite du "nationalisme de vaccin", ils ont amassé des vaccins dont le montant est bien plus élevé que les besoins de leur population, laissant les pays en voie de développement dans le malheur des vaccins insuffisants.

"Nous ne pouvons nous empêcher de poser des questions : comment les gens peuvent-ils avoir des droits s'ils perdent la vie ? Les Etats-Unis et l'Occident ont prétendu protéger les droits de l'homme, mais qui et quel droit protègent-ils ? De quelle manière respectent-ils et protègent-ils les droits de l'homme ? Ne doivent-ils pas se sentir honteux ?"

"Aujourd'hui n'est plus l'époque où les puissances étrangères peuvent forcer la Chine à ouvrir ses portes à coups de canons ; non plus le temps où des soi-disant experts et presses en collusion peuvent diffamer sans le moindre scrupule la Chine sans se faire sanctionner", a déclaré Mme Hua.

"Nous les exhortons à ne pas sous-estimer la ferme détermination du peuple chinois à défendre les intérêts nationaux et la dignité nationale. C'est une courtoisie de rendre la pareille à ce que l'on reçoit", a-t-elle noté. "Ils devront payer le prix de leur ignorance et de leur arrogance".

010020070770000000000000011107401398318631